Critique | Voix endormies | Dulce Chacón

Fin des annVoix endormiesées 1930 en Espagne. Des femmes sont emprisonnées parce qu’elles luttent contre le franquisme, directement ou indirectement. Hortensia, Reme, Elvira entre autres, sont emprisonnées, torturées parfois, condamnées à mort ou non. Elles attendent la visite de leur famille, du moins celles qui en ont encore. Elles s’entraident, se soutiennent et parfois continuent à lutter.

Mais à l’extérieur, d’autres femmes luttent aussi. Que ce soit pour leur vie au quotidien mais aussi pour aider celles qui sont emprisonnées. Sans oublier la Révolution. Et la lutte armée, celle du maquis, celle qui a besoin de toutes ces femmes.

Les Voix silencieuses, ce sont toutes celles qui luttent, ont survécu, se sont soutenues pendant toutes ces années de terreur.

Un roman bouleversant sans être larmoyant. Beau dans sa force, dans la force de toutes ces femmes.

Dulce ChacónVoix endormies – Ed. 10/18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *