Critique | Un Philosophe en ville de Thierry Paquot

Thierry Paquot, éditeur de la revue Urbanisme et collaborateur régulier du Monde diplomatique, explore dans ce livre la question de la ville sous plusieurs angles.
A l’heure de l’urbanisation planétaire (gated communities, bidonville), l’auteur nous invite à réfléchir sur l’architecture et la ville. Et comme le montre la couverture (un homme et son vélo dans une ville), l’approche favorise la lenteur et les thèmes urbains propices au contact et aux liens ( l’hospitalité, la marche…).
L’auteur nous convie ainsi à une balade architecturale par thèmes observés et par le biais de questions simples : qu’est-ce qu’une ville ?, qu’est-ce que la banlieue ? (en tant qu’endroit initialement sis à une lieue des bans du suzerain, elle était loin d’être une zone de non-droit), le rôle du climat, la prolifération des murs, l’influence des saisons sur notre mode de vie…

La diversité des approches ravira le lecteur curieux : l’étymologie (les différents sens du mot porte dévoilent ainsi la conception anthropologique de chaque civilisation sur l’ouverture), la place de la nature dans les utopies, l’emploi du temps et la chronotopie qui consiste à étudier la temporalité propre à chaque quartier et d’en inférer des horaires les plus conviviaux (ainsi si la City est déserte dès 17h, pourquoi ne pas ouvrir le bureau du poste d’un quartier résidentiel non pas de 9 à 17h mais de 13h à 21h ?)
Bref, un ouvrage foisonnant sur la ville et les citadins.

Thierry Paquot, Un philosophe en ville, Paris, Editions Infolio, 2012.