Économie sociale

« L’économie sociale regroupe les activités économiques exercées par des sociétés, principalement coopératives, des mutualités et des associations, dont l’éthique se traduit par les principes suivants: finalité de service aux membres ou à la collectivité plutôt que de profit, autonomie de gestion, processus de décision démocratique, primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition des revenus ».

(Définition du Conseil Wallon de l’Economie Sociale, mis en place dès 1990 par le Gouvernement régional)


La librairie Entre-Temps vous propose une sélection d’ouvrages pour découvrir le secteur de l’Économie sociale et comprendre la logique qui le sous-tend :

1- Économie sociale, principes et fondements.

2- L’Économie sociale, facteur de transformation du système économique mondialisé.

3- Économie sociale, modes de gestion et démocratie économique.


1 – Économie sociale, principes et fondements.

Fille de l’associationnisme ouvrier et du mouvement caritatif chrétien, l’Économie sociale a émergé au début du XIXème siècle, associant principe d’entraide mutuelle, mode de fonctionnement démocratique et éthique « non lucrative ». À la marge du secteur public et du secteur privé classique, elle a connu une nouvelle jeunesse dans les années septante et a été re-conceptualisée à la fin des années quatre-vingt, alors que s’écroulait le mur de Berlin et qu’allait prendre place une longue série de crises qui ont depuis ébranlé le système économique.


DRAPERI J-F, Godin, inventeur de l’économie sociale. Mutualiser, coopérer, s’associer, éd. Repas, 2008 – 16 €

Dans cet ouvrage, l’auteur démontre comment le familistère de Guise, créé par Jean-Baptiste Godin au XIXe siècle, est l’un des modèles les plus aboutis d’une alternative à l’entreprise capitaliste. Coopérative d’habitat, de production et de consommation; mutuelles et associations sont autant de nouveautés qui permettent à chacun-e de bien vivre, dans un habitat confortable et par un travail digne.

 

GUESLIN André, L’invention de l’économie sociale. Idées, pratiques et imaginaires coopératifs et mutualistes dans la France du XIXème siècle, 2ème édition , éd. Economica, 1998 – 33€

Mise en relief des différentes sources de l’économie sociale en France – parmi lesquelles le courant socialiste, le christianisme social, le courant solidariste (républicain social) et le courant libéral – à l’origine des coopératives de production, de consommation, de crédits mutuels, du mutualisme et des banques populaires.

 

TOUCAS Patricia, Les coopérateurs. Deux siècles de pratiques coopératives, éd. L’Atelier, 2005 -55€

Riche de sa diversité, le monde de la coopération est un acteur majeur de la vie sociale et économique française. II plonge ses racines dans deux siècles d’histoire retracés dans cet ouvrage : des étapes de la construction du mouvement coopératif à l’analyse de ses composantes, en passant par la biographie de ses principaux militants. On y décrit les liens avec l’État, les syndicats, le patronat et l’économie sociale.

 

CHOPART J-N (dir.), Les dynamiques de l’économie sociale et solidaire, éd. La découverte, 2006 31,35 €

Racines historiques, fondements philosophiques, politiques ou religieux, principes constitutifs, définition et diversité de l’économie sociale illustrés par des exemples concrets et des observations de terrain. Les grandes interrogations qui traversent le secteur sont exposées dans cet ouvrage tout en privilégiant les « regards croisés » que chaque lecteur pourra réagencer selon ses préoccupations.

 

DEMOUSTIER Danièle, L’économie sociale et solidaire. S’associer pour entreprendre autrement, éd. La découverte 2003 – 16€

Une présentation historique des origines de l’économie sociale, de ce qui fait son unité mais aussi sa diversité ; et une discussion critique de ses problèmes actuels et des évolutions proposées. Précieux outil pour la réflexion et pour l’action, abondamment nourri d’exemples concrets, ce livre redonne du sens et des moyens aux militants et salariés du secteur, parfois désemparés mais toujours combatifs.

 

DRAPERI J-F, Comprendre l’économie sociale, éd. Dunod, 2007 – 26€

L’économie sociale est le cadre de l’activité professionnelle de plus en plus de personnes, en travail social comme dans beaucoup d’autres domaines. Cet ouvrage offre à tous les responsables et militants de l’action sociale ainsi qu’à toute personne impliquée dans le secteur associatif, mutualiste ou coopératif, les clefs pour comprendre les fondements et les enjeux de leur activité professionnelle ou de leur engagement.


FRERE Bruno, Le nouvel esprit solidaire, éd. Desclée de Brouwer, 2009 – 32 €

Comment l’imaginaire associationniste de l’économie qualifiée aujourd’hui de « solidaire » plonge ses racines profondes dans les mouvements et les pensées révolutionnaires libertaires qui ont agité la France du milieu du XIXe siècle. Et aujourd’hui : les initiatives de microcrédit, d’entreprises alternatives, de services de proximité, de commerce équitable et d’échanges non monétaire… une voie de sortie hors de la crise actuelle la modernité ?

 

LAVILLE Jean-Louis et CATTANI Antonio (dir.), Dictionnaire de l’autre économie, éd. Gallimard, coll. Folio Actuel, 2006 – 11 €

Cet ouvrage propose une définition d’une soixantaine de thèmes clés dans l’Histoire comme dans notre actualité : commerce équitable, organisations internationales, secteur public, droits des femmes… Il est un outil indispensable pour les acteurs, les chercheurs et les étudiants car il allie une approche théorique à la prise en compte de pratiques sociales jusqu’ici méconnues.

 

COLLECTIF, Non Marchand 2001/2. Les sociétés à finalité sociale : bilan et perspectives, éd. De Boeck – 32€

Cet ouvrage collectif commence par dresser un état des lieux des entreprises à finalité sociale : d’où viennent-elles et pourquoi existent-elles? Plus technique, il s’attaque ensuite aux aspects juridiques, comptables et fiscaux de la transformation d’une Asbl. en société à finalité sociale. Pour conclure, il dresse quelques éléments prospectifs en matière de démocratie et de fiscalité dans la SFS.

 

FERRATON Cyrille, Associations et coopératives. Une autre histoire économique, éd. Erès, 2007 – 25€

Les associations et coopératives prennent aujourd’hui une importance grandissante dans l’économie. Cet ouvrage éclaire cette actualité par une mise en perspective historique à la fois approfondie et accessible. En rendant compte des idées d’association et de coopération en France au XIXe siècle et au début du XXe siècle, l’auteur s’attache à mettre en évidence les enseignements que peut en retirer l’économie solidaire.

 

VAN OPSTAL Wim e.a., Entrepreneuriat coopératif en Belgique. Théories et pratiques, éd. Acco Leuven – 20€

Portrait de famille des entreprises coopératives en Belgique : coopératives agrééés, sociétés à finalité sociale et autres formes d’organisations qui fonctionnent selon les principes coopératifs. L’entrepreneuriat coopératif redécouvert en tant que forme d’entreprendre permettant de résoudre des problèmes communs par la coopération.

 

L’économie sociale de A à Z, Alternatives économiques n°38bis – 03/2009 – 10€

Ce numéro hors-série de la revue Alternatives Economiques est un outil permettant d’appréhender la diversité du secteur de l’économie sociale, ses valeurs et son dynamisme. Conçu tel un abécédaire, ce guide vous permettra de mieux appréhender les concepts, théoriques et pratiques, mais aussi de mieux connaîtres les acteurs du secteur.

Revenir au menu principal


2 – L’Économie sociale, facteur de transformation du système économique mondialisé.

Dans certains pays du « sud », le développement de petites coopératives de production ou de grandes entreprises « récupérées » par leurs travailleurs suscitent de nouveaux espoirs. Notre sélection d’ouvrages vise à permettre à chacun-e de se forger une opinion sur quelques questions essentielles : Le secteur de l’Économie sociale est-il un facteur de transformation du système économique ? Représente-t-il une véritable alternative ? Dans quelle mesure est-il généralisable ? Quel est son pouvoir de subversion pour parvenir, enfin, à réconcilier l’économie et la société ?

 

  • Philippe Frémeaux, La nouvelle alternative ? Enquête sur l’économie sociale et solidaire, Ed. Les petits matins, 2011

Philippe Frémeaux, La nouvelle alternative ? Enquête sur l’économie sociale et solidaire, Ed. Les petits matins, 2011

Issue d’initiatives citoyennes, l’économie sociale et solidaire apporte la preuve que la recherche de l’enrichissement personnel n’est pas l’unique motif qui puisse donner envie d’entreprendre.
Constitue-t-elle pour autant une force politique, un mouvement susceptible de transformer profondément notre économie et notre société ? Sa gouvernance, qui se veut démocratique, est-elle réellement exemplaire ? A-t-elle vocation à s’étendre, à se généraliser ? Enfin, cette généralisation est-elle souhaitable ? Autant de questions auxquelles l’auteur répond dans ce livre, nourri de nombreux exemples. Pour lui, il est temps de regarder « l’ESS » telle qu’elle est, et non dans sa version idéalisée : c’est à cette condition qu’on pourra apprécier dans quelle mesure et à quelles conditions elle peut contribuer à rendre l’économie plus démocratique, plus juste et plus soutenable. 

ALBERT Michel, Après le capitalisme. Éléments d’économie participaliste, Agone, 2003

La voie du « participalisme » proposée par Michel Albert vise à instaurer une économie plus juste et orientée vers d’autres objectifs que le profit, notamment par l’amélioration des conditions de travail. Elle implique une réappropriation populaire des moyens de production, bien entendu le plus souvent sans le consentement des propriétaires. Est posée ici la question des conditions de formation d’une coalition majoritaire pour sortir du système de domination capitaliste actuellement en vigueur.

 

BACHET Daniel, FLOCCO Gaëtan, KERVELLA Bernard et SWEENEY Morgan, Sortir de l’entreprise capitaliste, Éditions du croquant, 2007

Cet ouvrage s’ouvre sur un questionnement sur la véritable finalité de l’entreprise : enrichissement des actionnaires et des propriétaires des moyens de production ou production des biens et des services correspondant aux besoins sociaux des citoyens ? Véritable plaidoyer pour le rééquilibrage -par la voie politique- des pouvoirs au sein de l’entreprise, il propose l’instauration de nouveaux outils de gestion pour sortir de l’instrumentalisation du salariat comme variable d’ajustement du système économique.

 

BURGENMEIER Beat, Politiques économiques du développement durable, éd.de boeck, 2008 – 24,50€

En abordant successivement les théories du marché efficient, de l’économie de l’environnement et de l’économie écologique, l’auteure analyse les interactions entre les dimensions économique, sociale et environnementale du développement durable.

Ouvrage recommandé aux enseignants et étudiants des 2e et 3e cycles en sciences économiques, commerciales et sociales.

 

CHARLIER S., NYSSENS M., PEEMANS J-Ph, del CASTILLO I. (coord.), Une solidarité en actes. Gouvernance locale, économie sociale, pratiques populaires face à la globalisation, Presses universitaires de Louvain – UCL, 2004 – 27,50€

Des formes de gouvernance locale et domestique qui ont toujours existé se trouvent aujourd’hui de plus en plus marginalisées, voire exclues par les nouvelles politiques de modernisation. Mais ce sont aussi les conditions mêmes du développement durable et de la refondation des rapports entre États, marchés et populations – tant celles du Nord que du Sud – qui sont au coeur de la réflexion.

 

COLLECTIF, L’Alteréconomie. Quelle « autre mondialisation » ?(fin), Revue du MAUSS n°21 (2003) – 31,35€

Un autre monde est possible affirment les altermondialistes. Mais un autre monde est-il possible sans une autre économie? Une alteréconomie est-elle réaliste? Économie solidaire, économie sociale, économie informelle, microfinance, commerce équitable… tout cela fait-il une alternative économique véritable au capitalisme? La revue du Mauss affronte cette question en mêlant le récit et l’analyse de multiples expériences à une discussion théorique.

 

DRAPERI J-F, Rendre possible un autre monde. Economie sociale, coopératives et développement durable, éd. Presses de l’économie sociale, 2005 – 6€

Présentation de pratiques d’économie sociale, alternative ou solidaire et analyses puisant dans différentes disciplines des sciences humaines qui démontrent qu’en adoptant des règles de fonctionnement démocratique, en limitant le pouvoir du capital, en instaurant une solidarité intergénérationnelle dans l’espace local, les entreprises d’économie sociale sont les moyens privilégiés du développement territorial et durable.

 

GUERIN Isabelle, Femmes et économie solidaire. Éditions La Découverte, collection « Recherches » (Bibliothèque du Mauss), Paris, 2003 – 25€

Procédant à une synthèse des débats sur la question du genre et des inégalités entre les sexes, tirant les leçons de multiples expériences menées dans le monde et s’appuyant plus particulièrement sur des enquêtes approfondies conduites en France et au Sénégal, cet ouvrage analyse les vastes potentialités offertes par les nouvelles formes de l’entrepreneuriat collectif.

 

JEANTET Thierry, L’économie sociale, une alternative au capitalisme, éd. Economica, 2008 – 15,40€

Historiquement peu communicantes, les entreprises d’économie sociale, parfois puissantes, devront faire entendre leur voix au XXIe siècle face à un capitalisme financier de plus en plus ravageant pour les citoyens.

Cet ouvrage montre que l’économie sociale est, dans un monde se voulant pluriel, une réponse moderne, déjà bien rodée, aux attentes citoyennes… à amplifier.

 

JEANTET Thierry & POULNOT Jean-Philippe, L’économie sociale, une alternative planétaire. Mondialiser au profit de tous, éd. ECLM, 2007 – 23€

L’économie sociale représente plus de 10 % des emplois, mais aussi près de 10 % du PIB mondial. Elle existe dans divers domaines (banques, mutuelles,…) dans la quasi-totalité des pays du monde. Cet ouvrage est émaillé de nombreux exemples qui permettent de définir et de décrire l’économie sociale et d’avancer des propositions pour en améliorer les ressorts et la visibilité.

 

JURGENSEN Philippe, L’économie verte – Comment sauver notre planète, Odile Jacob, 2009 – 30€

Spécialiste des questions d’environnement et d’économie, professeur à Sciences-Po Paris, l’auteur, retourne, au profit de la nature, les deux grands instruments qui ont, parfois, contribué à la détruire : une science bien comprise, qui offre de multiples promesses, et une économie qui ne demande qu’à faire jouer ses lois en faveur de l’environnement, pourvu qu’on valorise, comme il convient, les productions écologiques.

 

LAVILLE Jean-Louis (coord.), Action publique et économie solidaire. Une perspective internationale, éd. Erès, 2005 – 33€

Depuis plus de 30 ans foisonnent les initiatives qui concilient économie et solidarité. Cette dynamique réelle de la société civile dépassent largement les modes de réparation sociale ou de survie pour aller vers des activités porteuses de développement durable. Les politiques publiques, questionnées par ces pratiques, commencent à les prendre en compte aux niveaux national, régional et local.

 

LAVILLE Jean-Louis (e.a.), L’économie solidaire – Une perspective internationale, éd. Hachette Pluriel, 2007 – 11€

L’ouvrage met en avant la multiplicité des pratiques dans lesquelles l’économie est un moyen au service de finalités solidaires, au Sud comme au Nord. Il énonce les enjeux d’une recomposition des rapports entre économie et social qui concernent tant l’action publique que la justice et l’égalité entre les sexes. En effet, reconnaître l’action solidaire et lui fournir les moyens de son développement sont des choix politiques qui engagent l’avenir de la société.

 

LAVILLE Jean-Louis, Le travail, une nouvelle question politique, Desclée de Brouwer, 2008.

Drôle d’époque que la nôtre : le chômage de masse y côtoie le surmenage de ceux qui travaillent. Pourtant, de multiples expériences réinventent un travail porteur de sens et de solidarité.

Articulant initiatives de la société civile et politiques publiques, Jean-Louis Laville remet le travail au coeur de la question politique, tout en restant attaché aux visées d’émancipation et d’égalité.

 

NOYA Antonella, Pour une Economie sociale – Créer de la richesse par l’intégration sociale, éd. Economica, 2009 – 25€

Cet ouvrage offre de nouveaux aperçus de la théorie économique des organisations d’économie sociale, de leur rôle dans un contexte politique et économique mouvant, et des liens avec le développement local et l’autonomisation des usagers. Il présente également les principaux défis de l’économie sociale en Europe Centrale et en Europe du Sud-Est et des recommandations pour agir.

 

TSAFAK NANFOSSO R. A., L’économie solidaire dans les pays en développement, éd. L’Harmattan, 2007 – 17€

L’économie sociale et solidaire s’est progressivement constituée pour répondre à des besoins peu ou mal pris en compte par les institutions conventionnelles, notamment par l’État ou par le marché, tant au niveau national qu’au niveau international. L’ouvrage recense des travaux qui ont pour objectif de proposer une analyse de l’ESS en se focalisant particulièrement sur les pays en développement.

Revenir au menu principal


3 – Économie sociale, modes de gestion et démocratie économique.

Alors que le modèle de l’actionnariat salarié se répand dans les entreprises classiques, tendant à transformer les classes moyennes en micro-actionnaires de leur employeur, l’Économie sociale pose -sérieusement cette fois- la question démocratique au sein de l’entreprise. Les ouvrages que nous avons sélectionnés pour vous questionnent la co-existence et le futur de ces deux modèles : une action=une voix versus une personne=une voix. Notre sélection documentaire abordera également les aspects plus pragmatiques de la gestion d’une entreprise d’Économie sociale. Quelles sont ses spécificités, contraintes et avantages face aux entreprises dites « classiques » ?

  • SAW-B, Coopératives – un modèle tout terrien, Solidarité des alternatives wallonnes et bruxelloises, 2011

  • Sybille Mertens (collectif), La gestion des entreprises sociales, Ed. Edipro, 2010


SAW-B, Coopératives – un modèle tout terrien, Solidarité des alternatives wallonnes et bruxelloises, 2011

 

Production, distribution, consommation, finance : aucun pan de l’économie n’échappe aux coopératives. La fédération d’entreprises d’économie sociale SAW-B vous propose de revenir aux sources de l’économie sociale ; elle analyse ici quelques aspects d’un mouvement aux multiples formes et facettes. A l’heure où nos modèles économiques et démocratiques connaissent une profonde crise de légitimité, le modèle coopératif rassemble nombre d’alternatives concrètes. Cette étude vous offre de les découvrir et de les mettre ici en perspective.

 

Sybille Mertens (collectif), La gestion des entreprises sociales, Ed. Edipro, 2010

 

Le secteur de l’économie sociale exige une compréhension fine des enjeux sociaux et une appréhension correcte de la réalité économique. Il demande aussi une certaine capacité d’inventer et d’expérimenter de nouvelles façons de gérer une entreprise. La première partie du livre aidera le lecteur à comprendre ce que sont les entreprises sociales, tandis que la seconde décrit plus en détails les spécificités de leur gestion, en parcourant les grandes dimensions du management (financement, marketing, gouvernance et gestion des ressources humaines). L’ouvrage vise notamment à offrir aux praticiens de l’économie sociale une possibilité de réflexion et de mise en perspective des fondements de leur action.

 

COLLETTE Christine et PIGE Benoît, Économie sociale et solidaire, Gouvernance et contrôle, éd. Dunod, 2008 – 14,45€

Les organisations qui composent l’économie sociale et solidaire sont multiples et interviennent dans différents domaines d’activité. Dans le cadre de la globalisation des marchés et de la prise en compte du développement durable, cet ouvrage présente les enjeux de l’économie sociale et solidaire et de ses organisations. Il s’articule autour de deux parties : Historique et cadre légal.

 

COUTROT Thomas, Démocratie contre capitalisme, La Dispute, 2005

Démocratie contre capitalisme proclame que le néolibéralisme sape les fondements de la démocratie et qu’on ne pourra sauver la démocratie qu’en organisant son irruption dans l’économie. Thomas Coutrot revient sur les expériences passées de rupture avec le capitalisme et base sa réflexion prospective sur les plus innovantes des luttes sociales actuelles. Il renoue avec le projet d’une société pleinement démocratique et intervient de façon novatrice dans les débats sur le devenir du mouvement altermondialiste.

 

FERREIRA N., Economie sociale et autogestion. Entre utopie et réalité, éd. L’Harmattan et Innoval, 2005 – 23,26€

Le secteur de l’économie sociale et l’entreprise autogérée semblent être aujourd’hui l’une des alternatives susceptibles de répondre à la crise de l’emploi et à l’augmentation de la pauvreté. A la lumière de l’économie sociale contemporaine, l’auteure relance les vieux débats historiques sur l’autogestion. Celle-ci trouverait ici une première tentative de contribution à sa théorisation.

 

GARDIN Laurent, Les initiatives solidaires. La réciprocité face au marché et à l’état, éd. Erès, 2006 – 22€

Alors que l’extension du marché et la globalisation de l’économie apparaîssent comme l’horizon indépassable de nos sociétés, l’expansion d’initiatives solidaires ne peut que surprendre. Pour comprendre les spécificités de ce phénomène, l’auteur se base sur des observations menées dans plusieurs pays européens et met en évidence l’importance de la réciprocité dans le fonctionnement des initiatives solidaires sans éluder les tensions ainsi générées avec le marché et l’État.

 

HAERINGER Joseph, GOUNOUF Marie-France, GARDIN Laurent, BISSON Jean-Marc (Collectif), La démocratie : un enjeu pour les associations d’action sociale, Ed DDB, 2008

Réflexion collective sur le rôle des associations dans la mise en oeuvre des mécanismes de solidarité, cet ouvrage questionne tant les missions et les prestations des associations que leur dimension politique. Les mutations et les crises de légitimité qui traversent ce secteur appellent à de nouveaux équilibres entre toutes parties prenantes de l’action collective. Ancré sur des études de cas, ce livre décortique les enjeux du changement auquel les associations sont confrontées aujourd’hui.

 

HELY Matthieu, Les métamorphoses du monde associatif, PUF, 2009

Les entreprises associatives connaissent des évolutions qui les éloignent toujours plus du bénévolat et de l’amateurisme des premières associations « charitables ». Cet ouvrage ouvre un champ inédit d’enquêtes et d’analyses sur le milieu professionnel des travailleurs associatifs.

L’effort salutaire entrepris ici pour repenser les fondements de la solidarité porte également sur la nature et le statut des salariés d’associations.

 

JEANTET Thierry, Economie sociale. La solidarité au défi de l’efficacité, éd. La documentation Française, 2006 – 14€

Comment concilier les valeurs traditionnelles de l’économie solidaire avec sa présence dans une économie de marché mondialisée ? Comment faire vivre la démocratie dans des organismes parfois vastes ? Quel avenir pour un secteur soumis à une demande croissante des plus démunis mais aussi de salariés/consommateurs se voulant acteurs ? L’auteur propose quelques pistes de réponse à ces questions.

 

LAVILLE J-L et HOARAU Ch, La gouvernance des associations. Economie, sociologie, gestion, éd. Érès – 25€

Parce que leurs rôles économiques s’affirment et que leurs missions touchent à l’intérêt général, les associations font face à une nécessité de contrôle et de transparence. Elles recherchent des méthodes respectueuses des spécificités associatives. Pour y répondre, l’ouvrage se base sur un dialogue interdisciplinaire et des études de cas mettant en évidence les pratiques de gestion et leurs effets.

 

Pillet A., Le marketing social et solidaire. Comment les entreprises de l’économie sociale et solidaire peuvent mettre en oeuvre, sans perdre leur âme, des méthodes marketing originales, éd. L’AMI – 17€

Les entreprises « sociales, alternatives et solidaires » inventent sur le terrain un marketing spécifique qualifié ici de « marketing sas ». Ce livre souligne les expériences réussies et donne les clés pour développer les produits sas ou services sas, les diffuser auprès des publics consommateurs et assurer une communication efficace, tout en exprimant leurs qualités sociales, alternatives, solidaires.

 

Pillet A. (dir), Comment démarrer en mutualisation? Carnet de route pour les acteurs d’une économie sociale et solidaire, éd. L’AMI – 14€

Cet ouvrage repose sur des observations de terrain réalisées auprès d’entreprises sociales et solidaires qui ont mis les mutualisations au cœur de leurs politiques.
Ces exemples de systèmes d’activités mutualisées, aideront les acteurs désirant s’inscrire dans ce secteur à prendre conscience des questions à se poser et des méthodes à mettre en œuvre.

 

CARDOT Françoise, L’éthique d’entreprise, PUF – Que sais-je? , 2006 – 9,50 €

Les entreprises cherchent de plus en plus à cerner leur responsabilité sociale et les principes du travail collectif. Elles construisent des systèmes de normes et affichent des valeurs. C’est ce que l’on appelle l’éthique d’entreprise. Première synthèse sur ce sujet, cet ouvrage révèle les fondements historiques, philosophiques et économiques de l’éthique d’entreprise et ses modalités grâce à de nombreux exemples concrets.

Revenir au menu principal

Une réflexion au sujet de « Économie sociale »

  1. Ping : Un nouvel outil que vous propose votre librairie… | Librairie

Les commentaires sont fermés.