EXPO | Entre-Lignes par Alice Bossut

entre_lignes_webEntre-Lignes – Une exposition d’Alice Bossut

Cette exposition réunit les œuvres originales de trois livres : Les dessins de Savon paru aux éditions Tandem, Les xylographies de Mama Cotacachi & Taita Imbabura, réalisé en Équateur, Les encres de Mudanza, publié par l’éditeur colombien Destiempo Libros.
Dans la diversité de formes et d’outils, le jeu entre les masses et l’absence de lignes est une constante, ainsi qu’une composition simple et forte, et un goût pour une représentation à la limite du réel. Une ligne , quelques couleurs en à plat, construisent un espace, un paysage ou une scène que le regardeur est appelé à compléter.

Un travail magnifique à découvrir absolument !!!

L’exposition est accessible du 14 juin au 19 juillet durant les heures d’ouverture habituelles de la librairie Entre-Temps.

Plus d’infos sur le travail d’Alice Bossut  : http://alicebossut.tumblr.com/

EXPOSITION DE LOUISE GROS – Gravures

expo_LouiseVERNISSAGE : Vendredi 14 février de 18h30 à 20h30

Nous vous invitons à découvrir le travail de Louise Gros, jeune artiste aussi douée que passionnante. Détails, fragments, contorsions, frictions, le corps est soumis aux tracés vibrants de Louise avec une sensualité parfois teintée d’amertume. Une partie de ses productions est visible sur son site : http://louisegros.wix.com/muck

Expo du 15/02 au 15/03, aux heures d’ouvertures habituelles de la librairie.

EXPOSITION DE « UN PASSANT »

affiche expo Entre Temps un passant 31 01 au 25 02 2014Exposition de lithographies

Du 01 février au 25 février 2014
Vernissage : 31 janvier de 18h à 20h

Un passant continue de glaner des images en cheminant lentement dans la tourbe, la glaise, le vent et les rochers. Parfois, la lumière à travers les arbres est aveuglante et il trébuche. Le nez coincé dans la terre, il redevient cloporte. Puis il griffonne des brins d’herbe en forme de rien, strictement rien, bons à rien.

Lithographie, kèsksèksah ???

La lithographie est une technique d’impression inventée en 1796 et que l’on abandonnera vers la fin du 19ème pour l’impression offset. Cette dernière technique permettait de plus gros tirages, plus précis et plus rapides, bref, plus en accord avec les appétits de profit du grrrrand capitaaaaaal. Vers 1890, la lithographie sera alors quasi exclusivement utilisée pour imprimer des dessins de peintres et d’illustrateurs.
En lithographie, on dessine avec un corps gras sur des pierres calcaires. Ici, on ne creuse pas la matrice comme en gravure sur bois ou sur métal.

L’exposition est accessible du lundi au vendredi de 12h30 à 18h30, le samedi de 13h30 à 18h30

Présentation de « Highway Motor Hotel » – Livre de photographies de Michel Beine

Michel Beine_webAprès Cuba et le Maroc, c’est l’Amérique que le photographe Michel Beine sillonne. Ses highways mythiques bordées des fantômes d’un passé pas si lointain, ses paysages désertiques, ses motels … un voyage au coeur de lieux sortis du temps. Les images de ces errances ont donné lieu à la très belle exposition « Somnambule amérique » et seront tout bientôt réunies sous la forme d’un ouvrage : « Highway Motor Hotel », arpeditions 2013.

C’est donc avec un très grand plaisir que la librairie Entre-Temps recevra Michel Beine pour la présentation inédite de ce recueil photographique le samedi 16 novembre à 15h.

À cette occasion, vous pourrez également voir (ou revoir) quelques images de l’exposition « Somnambule amérique ».

EXPO : « Comment rendre un homme « encore plus » amoureux ? »

Expo Diane Delafontaine_webIllustrations de Diane Delafontaine

VERNISSSAGE : vendredi 15 novembre à 19h

« Il est difficile pour moi de dissocier les illustrations de mon engagement féministe. Au quotidien, notamment dans mon travail, je suis confrontée au vécu des femmes. Il s’agit souvent de parcours difficiles, voire douloureux. Pour moi, la créativité est une manière d’exorciser et d’ironiser ce qui enferme, encore actuellement, les femmes dans des carcans discriminatoires.

L’illustration permet de pointer les stéréotypes véhiculés dans notre société en utilisant l’ironie. C’est un espace de liberté pour dénoncer des mécanismes inégalitaires dont les femmes sont encore aujourd’hui victimes.

La matière première de mes illustrations s’inspire principalement de textes ou d’images des années 50, 60 (de magazines féminins, marabout flash,…). Mon travail s’agrémente également aujourd’hui d’écrits plus récents, notamment via Internet qui prodigue un nombre incroyable de conseils stéréotypés aux femmes.

Je souhaite mettre en avant l’effet pernicieux des petites discriminations quotidiennes. Celles qui ne se voient plus, celles qui structurent la société, celles contre lesquelles il est parfois difficile de se mobiliser parce qu’elles sont inaperçues, invisibles… ou considérées comme ‘normales’.

Pour cette exposition, je me suis principalement appuyée sur un article trouvé sur le site auféminin.com : « Comment rendre un homme « encore plus » amoureux ». »

Diane Delafontaine